Le nouvel orgue Desmottes

P1030208

 

Genèse du nouvel instrument

À la fin du mois d’octobre 2010, le grand-orgue de l’église de la Rédemption, muet depuis plusieurs années, rassemble à son chevet les délégués à la Culture de la Ville de Lyon propriétaire de l’instrument, les représentants de la paroisse, et le technicien-conseil Eric Brottier. Il s’agit de statuer sur la nécessaire restauration de ce grand instrument, œuvre de Joseph Merklin. La décision de la Ville tombe en fin de réunion et abasourdit curé, organiste et membres de l’Association des Amis de l’Orgue : la restauration tant attendue est reportée sine die, la ville préférant lancer une procédure de classement de l’orgue avant les travaux de réfection, afin de gagner du temps et d’impliquer l’État dans le financement.

À toute chose malheur est bon. Devant la perspective peu réjouissante d’être privée d’instrument durant de longues années, sous l’impulsion du père Georges Favre, lui-même organiste amateur, la paroisse décide d’affecter l’enveloppe provisionnée pour la restauration du grand Merklin à la construction d’un orgue neuf dont elle serait propriétaire.

Eric Brottier propose alors à la paroisse un projet récent du facteur Frédéric Desmottes, destiné à un appel d’offre pour une ville de la banlieue lyonnaise, mais non retenu. Projet exaltant qui fait l’unanimité auprès des personnes présentes, même s’il doit être quelque peu amplifié pour s’adapter aux vastes dimensions de l’église de la Rédemption.

Inspiré de la facture flamande du début du XVIIe siècle, le buffet de l’orgue proposé révèle un choix es­thétique initial que les discussions entre la paroisse et le technicien-conseil vont faire quelque peu évoluer vers un style plus germanique et plus tardif inspiré par la facture du grand Arp Schnitger. L’objectif est que cet orgue ait le répertoire le plus large possible tout en conservant un caractère et une esthétique marqués, et qu’il soit complémentaire du grand Merklin symphonique placé en tribune, et maintenant classé Monument Historique. Le tempérament initial prévu était un mésotonique élargi, le choix final se portera vers un tempérament polyvalent inspiré de Vallotti.

La signature du marché intervient le 14 février 2011 ; après presque deux ans de travaux, l’orgue est installé en décembre 2012 et inauguré dans le cadre du festival Orgue en Jeu les 12 et 13 octobre 2013.

L’esthétique, complémentaire de celle du Merklin, est inspirée par les Flandres et l’Allemagne du Nord (17-18ème siècle), avec un tempérament au 1/6ème de coma. Contrairement au dessin, l’instrument n’a finalement que deux claviers, l’idée d’un petit Brustwerk ayant été abandonnée pour des raisons financières.   Vue générale de l'église

 

ORGUE DESMOTTES-5

Capture